2. Essais en vol

2. Les essais en vol

Un poil plus grand mais un poil moins lourd, Kinetic donne le ton. On sent le sagex de qualité moyenne, on observe les servos pas chers et on écoute le moteur low cost. D'abord acheté par les Matterhorn's Flyers Dan & Ben, il ne résista pas bien longtemps aux assauts du temps et des prairies...

...bienvenue dans la génération zéro choc !

Si les matériaux utilisés pour la construction du Kinetic sont dans les standards communistes, c'est dans les finitions que le diable se cache. A cette échelle, tout n'est qu'une question de détails, d'assemblage et de rigidité. Vu les performances promises et surtout espérées, il vaut mieux que tout cela tienne la route ! Hélas, le Kinetic tient plutôt mal la route, ou plutôt disons la prairie.. Le système d'assemblage des ailes est trop léger, le moteur peu fiable et son support friable. A vous donc de renforcer tout ce qui est possible et de garantir que chaque atterrissage soit ouateux à souhait ! 

facebook-logo.jpg

Merlin... et les 3 petits Kinetics

Afin d'illustrer au mieux cet état de fait, laissez-moi vous conter l'histoire des 3 petits Kinetics qui sont passés entre nos mains :

KINETIC I : un rêve brisé en pleine ascension !

Par un beau jour d'été, Kinetic I décolle pour sa première vraie aventure en dehors de son carton. Les premières minutes en vol ressemblent à un rêve, il a enfin quitté son atelier chinois, parcouru des milliers de kilomètres et le voilà récompensé. Agile, fier, vigoureux, il enchaîne les vrilles ! Son petit moteur chauffe pourtant vite et il sent ses batteries se vider progressivement. Il est pour lui temps d'atterrir... Le moteur se coupe, le vent parcoure son nez et caresse ses hélices rétractées, l'approche est parfaite.

45cm de haut, 1.5cm d'épaisseur, Kinetic 1 percute, avec le coin de son aile, une plante herbeuse bien sûre d'elle...et là, c'est l'accident...Aussitôt l'aile se détache et fait vrillé Kinetic 1. Une demi seconde plus tard, le voilà planté dans l'herbe. Gueule cassée, moteur décollé, rien ne sera plus jamais comme avant.

KINETIC II : une paraplégie non méritée !

"- Montage ok, test moteur ok, ailerons ok, élévateur ok, dérive..dérive ? Mais est-ce que je l'ai bien branchée ?! - Ben ouais, tu l'as bien branchée et elle fonctionne bien pas ! -Ach, petite Schiess !" Tel fut le bilan des sages-hommes qui mirent au monde KINETIC 2. Pas encore en l'air et voilà que son lobe occipital ne fonctionne pas correctement.. Opération d'urgence, changement de servo, test, ok, décollage, vole, crash, remise en place des ailes, voll gaz, plus qu'une aile, chute, tourbillon, bruit sourd, Kinetic 2 KO.  

KINETIC III : Le KINETIC 2.0 !

Kinect2.jpgApprendre de ses erreurs, visé haut, se donner les moyens d'y parvenir et, lors de chaque échec, recommencer encore et encore.. Cette maxime tirée de la success-phylosophie américaine est en tout point applicable à la consommation de produit made in Daube. C'est pourquoi il vaut mieux partir d'une base saine et tout modifier en suite. Prenez un Kinetic 800 en kit nu à 29.99$ chez HobbyKing, Ajoutez-lui des servos dignent de ce nom, un moteur Dymond 2838 250W inrunner muni d'une hélice rétractable 9x6 avec contrôleur 35A, renforcez la structure à l'aide de tiges de carbone 3mm sous les ailes et dans le fuselage, placez quelques poids en bout de queue et alimentez le tout par des batteries 3S 1300mAh. Voilà, Kinetic 2.0 est prêt pour son premier vol.

Equipé ainsi le Kinetic passe de Glider à Hot Liner. La vitesse de pointe est impressionnante et un pilotage précis est ici nécessaire. Cet équipement l'alourdit passablement et il vaut mieux privilégier un vol tendu et des phases d'approches avec une bonne vitesse régulière. Ce changement de caractère est enthousiasmant bien que la qualité de fabrication de la mousse soit toujours aussi mauvaise. Au moindre choc, préparez vos pots de colle et vos pièces de rechange !

Kinetic.jpg

MULTIPLEX MERLIN

Pendant ce temps, Merlin enchaîne les vols. Avec sa Lipo 450mAh, il se révèle être agile et ses caractéristiques en font un vrai petit planeur. Ludique et surtout solide, le Merlin est une preuve, s'il en fallait une, que la qualité à un prix. La fabrication témoigne du travail des ingénieurs sur la rigidité de l'engin. Les renforts à l'intérieur des ailes, la qualité de l'Elapor et la fiabilité du moteur en fond un mini-Glider sans faille. Le pilotage avec quelques km/h de vent est un vrai plaisir. Les commandes réagissent au quart de tour. En ce sens, les deux servos qui actionnent les ailerons se révèlent irréprochables. En programmant la télécommande, il devient possible de les configurer en mode "Flap"; ce qui ajoute un peu de piment lors des atterrissages. En matière d'accrobatie, vous allez être servis : tonneaux et loopings sans fin, vol dos et virages "au frein à main", vous allez vous ré-ga-ler !

Merlin4.jpgMERLIN VS. KINETIC - SUITE